Historique - Scierie Corbière
15372
page-template-default,page,page-id-15372,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Historique

La scierie Corbière c’est un savoir faire de plus de 100 ans. L’activité s’est développée autour du bois avec la fabrication de robinets en buis. L’activité de l’entreprise s’est peu à peu tournée vers la production de sciage en bois durs, essentiellement du chêne destiné à la menuiserie à l’ébénisterie et aux charpentiers.

Historique de la scierie Corbière

Fondée en 1904 par Victor Cousin et Marie Chedeville, la maison « Cousin Chedeville » fabriquait principalement des robinets en buis destinés aux tonneaux de cidre ou de calvados. La fabrication s’étendit peu à peu vers les articles de beurrerie et la mise en place d’une scie circulaire actionnée par une machine à vapeur.

Evolution de l’activité :

Après la 1ère guerre mondiale, la société se dote d’une scie à ruban et devient « Cousin Chedeville et Corbière gendre ». La scierie se développe avec le remplacement de la machine à vapeur par des moteurs électriques et l’installation d’une scie à grumes avec des griffes. Cette époque vit aussi l’apparition d’un moyen de transport moderne : le camion à gazogène à la place des attelages de chevaux pour le transport des grumes.
C’est en 1941 que la société prend le nom « Corbière et Fils »

Développement de l’activité :

Pour pallier au marché de la beurrerie en déclin, une usine de fabrication de parquet est mise en route. L’entreprise s’est ensuite complétement modernisée avec l’installation d’une nouvelle scierie à quelques mètres de la scierie d’origine.
L’activité s’est alors tournée vers la production de sciage en bois durs (principalement en chêne) destiné aux fabricants de meubles, menuiserie et charpente.
Dans les années 90, la scierie Corbière se développe sur le marché européen avec la société Normandie Bois Entreprises crée en collaboration avec d’autres scieurs et exploitants forestiers régionaux. Depuis la part Export n’a cessé d’augmenter pour atteindre 60 % du chiffre d’affaire.